Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/485

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



De gueules à la croix d’argent, cantonnée de quatre cygnes de même.

Guillaume, fils Olivier, vivant en 1481 épouse Marie Madio ; Pierre, gentilhomme de la Reine-Mère et lieutenant^général au présidial de Vannes en 1627 ; un maréchal de camp en 1781.

Fondu dans Calloêt de Trègomar.

Depuis 1550 la branche de Kerérel ne porte plus que ce dernier nom, voyez Kerérfx.

Giffart, sr de la Roche, par. de Saint-Sulpice des-Landes, — du Plessix, par. d’Irodouer, — du Fail, par. de Domloup, — de Bœuvres, par. de Messac.

Réf. de 1427 à 1513, par. de Domloup et Messac, év. de Rennes et Irodouer, év. de Saint-Malo.

Une fasce surmontée de deux étoiles (Sceau 1380) ; aliàs : d’argent à une bande de sable chargée de trois macles d’argent (Sceau 1386).

Alain, fit une fondation au prieuré de Trébœuf en 1218 ; Robert fils Guillaume, se croisa en 1248 (cab. Courtois); Guillaume, chambellan du roi Charles VII en 1425 ; Artur, fils d’Olivier en épousant en 1471 Plézou, dame de la Marzelière, prit les nom et armes de la Marzelière.

La branche de la Roche, fondue dans la Lande puis la Chapelle.

Giffart, srdela Chauvinière, év. de Nantes.

D’or à la croix engreslée de gueules, cantonnée de quatre lionceaux d’azur. Un échevin de Nantes en 1618.

Gigeou, S* de Kermen, par. de Ploumagoar, — de Rubelven, — de la Ville-Maupetit, par. d’Hénanbihen, — des Bignons, par. de Planguénoual.

Anc. ext. chev., réf. 1669, neuf gén. ; réf. et montres de 1427 à 1481, par. de Ploumagoar, év. de Tréguier.

D’azur à deux épées d’argent en pal (aliàs : en sautoir) garnies d’or, les pointes en haut.

Perceval fils Mahè, marié à Marguerite Poênces, prête serment au duc entre les nobles de Tréguier et Goôllo en 1437.

Gigon, ress. de Fougères. .

D’or à une macle de gueules, cantonnée de quatre feuilles de vigne de sinople (Arm. 1696).

Un audiencier à la chancellerie en 1714.

Gilag’h (orig. d’Irlande).

Maint, par lettres de 1758.

Gilart (orig. du Maine), sr de Larchantel, par. de Quilbignon, — de * Keranflech, par. de Milizac, — de Keranroux, — du Loc’hant.

Ext., réf. 1669, sept gén., ress. de Saint-Renan ; montres de 1503 à 1534, par. de Quilbignon et Milizac, év. de Léon.

De gueules à deux clefs d’argent en sautoir, les gardes en haut. Devise : De Gilart servant. Et aussi : Et pour et contre.