Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/502

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
465
GOU


D’argent à une croix pattée, mi-parti de gueules et d’azur, cantonnée de quatre macles de gueules (G. le B.) ; aliàs : d’azur à la croix engreslée d’argent, cantonnée de quatre roses de même (Arm. 1696).

Olivier, vivant en 1444 époux d’Olive Chierdel, père de Rolland, capitaine de Moncontour, qui défendit la ville de Guingamp contre les Français en 1488 et fut marié à Thomine le Moine, de la paroisse de Plœuc ; Abel, arrière-petit-fils des précédents, sénéchal de Corlay, capitaine pour le prince de Dombes de cent arquebusiers à pied en 1592, chevalier de l’ordre et gentilhomme de la chambre du Roi en 1017, marié à Catherine de Kergorlay, † 1624.

Cette famille s’est éteinte en la personne d’un capitaine au régiment de Béarn, tué à Quiberon en 1795.

Gouin, sr de la Brégerie, par. de Bréal, — de la Piguelais, par. de Saint-Pern, — de Keranével, par. de Melguen, — de Beauchesne et du Fief, par. de Langrolay, — de la Quémeraye.

Ext., réf. 1671, cinq gén., et maint, à l’intend. en 1700 ; réf. et montres de 1427 à 1513, par. de Bréal et Saint-Pern, év. de Saint-Malo.

D’argent au chevron de gueules, accomp. de trois roses de même.

Jean, lieutenant du capitaine de la Guerche, exempt de fouages par lettres de grâce du duc, à la réformation de 1427, paroisse de Bréal ; un secrétaire du Roi en 1654 ; un maître et un correcteur des comptes en 1724 et 1727.

La branche de Keranével fondue dans des Hayeux.

Goulaine (de), marquis dudit lieu en 1621, par. de Haute-Goulaine, — sr de la Ruffelière, en Poitou, — de la Tour-Gasselin, par. de Saint-Julien-de-Concelles, — baron du Faouët, par. de ce nom, — vicomte de Coëtquénan, par. de Plouguerneau, — sr de Poulmic. par. de Crozon, — de Laudonnière, par. de Vieillevigne, — de la Sauvagerie, par. de Brains, — de la Jarrie, — de la Houdinière, par. du Loroux-Bottereau, — vicomte de Saint-Nazaire, — sr de la Chasterais, — du Gast, par. de Maisdon, — de la Paquelais, par. de Saint-Herblain, — des Mesliers, — de la Mercredière, par. de Chateauthébaut, — du Morlier-Garnier, par. de Remouillé, — de la Rigaudière, par. d’Ancenis, — de la Roche, par. de Mésanger, — de la Touche-Gerbaud, par. de Saint-Cyr-en-Retz, — de la Touche-Raguénel, par. de Vallet, — de Tourboureau, par. de la Chapelle-Heulin.

Anc. ext. chev , réf. 1669, dix gén. ; réf. et montres de 1438 à 1544, par. de Haute-Goulaine, le Loroux et Chateauthébaut, év. de Nantes.

Mi-parti d’Angleterre et de France, Devise : De cettuy-cy, de cettuy-là, j'accorde les couronnes.

Marcis, fit une fondation aux moines de Vertou en 1138 ; Jean, aliàs : Alphonse, capitaine de Nantes en 1180 envoyé par le duc Geoffroy, pour ménager la paix entre Philippe-Auguste et Henri II d’Angleterre, reçut de ces deux rois les armes et devise que sa maison a toujours portées depuis ; Geoffroi, croisé en 1248 (Cab. Courtois) ; Baudouin, abbé de Saint-Gildas-des-Bois en 1548 ; Gabriel, sr de Goulaine, chevalier de l’ordre et capitaine de cinquante hommes d’armes et Jean, sr du Faouët. son frère, commandaient les ligueurs à la prise de Kerouzéré en 1590; quatre autres chevaliers de l’ordre avant 1008.

La branche aînée fondue en 1655 dans Rosmadec ; la branche de la Paquelais fondue eu 1752 dans Régnon ; la branche de Laudonnière qui existe encore a pour auteur Gilles,