Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/509

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


2. 3 (Sceau 1289). qui est Matignon ; aliàs : écartelé de Gouyon et de Matignon (Sceau 1448) ; et depuis 1590 : écarlelé de Gouyon et d’Orléuns-Longueville, pour les branches de Matignon, de Torigny et de Gacé. Devise : Honneur à Gouyon.

Cette illustre maison remonte à Eudes, témoin dans une charte du Mont-Saint-Michel 1075, croisé en 1096. Elle a produit entre un grand nombre de personnages célèbres :

Etienne, époux en 1209 de Luce, dame de Matignon ; Guillaume, croisé en 1218 (cab. Courtois) ; Bertrand, sire de Matignon, qui suivit du Guesclin dans toutes ses expéditions et portait sa bannière à la bataille de Cocherel en 1364; Etienne, frère du précédent et auteur des seigneurs de la Moussaye, maréchal et amiral de Bretagne en 1388 ; Alain, grand-écuyer de France, † 1490 ; Jacques, sr de Matignon, comte de Torigny, maréchal de France, † 1597; Charles, lieutenant-général au gouvernement de Normandie, marié en 1596 à Eléonore d’Orléans-Longueville ; Charles-Auguste, comte de Gacé, maréchal de France, \ 1724 ; quatre lieutenants-généraux des armées et trois maréchaux de camp depuis 1595, dont le dernier, gouverneur de Nantes en 1789 ; plusieurs gouverneurs de provinces et plusieurs chevaliers des ordres du Roi ; un évéque de Lucon, † 1 432 ; des évêques de Coutances, de Lisieux et de Condom de 1588 à 17*22 ; des abbés de Lessay, de Torigny, de Foigny et de Saint-Victor de Marseille, et des abbesses du Paraclet, de Cordillon et de Saint-Désir au xvn" siècle ; plusieurs membres admis aux honneurs de la Cour depuis 1753.

La branche ainée qui n’a porté jusqu’en 1680 que le nom de Matignon a été substituée en 1715 aux nom et armes de Grimaldi, et possède depuis cette époque la principauté de Monaco ; la branche de Gacé, fondue dans Montmorency ; la branche de la Moussaye fondue en 1679 dans Monlbourcher ; la branche de Marcé, substituée par alliance en

1745 aux nom et armes d’Angier de Loheac, s’est fondue en 1771 dans Gouyon du Vaurouault.

La branche de Beaufort et celle de Touraude, existent encore.

Gouyon (ramage des précédents), sr de Beaucorps, par. de Saint-Cast, — de Dieudy, de Vaumeloysel et de l’Isle-Aval, par. de Saint-Potan, — du * Vaurouault, par. de Pléhérel, — de la Ravillays, par. de Ploubalay, — de Bellestre, — de** Saint-Loyal, — de la Ville-aux-Oiseaux, par. de Saint-Jouan-des-Guérets, — de Miniae, par. de Miniac-Morvan, — de Vaudurand, — de la Raimbaudière, par. de Rougé, — des llochettes, — de Launay-Comats, par. de Ploubalay, — de la Coudrais, — du Plessix, — de la Palue, — du Rocher, — de Mauny, — de Ponlbrécel, — de la Couldre, — de la Villepierre, par. de Plémy, — do la Mptle-au-Loup, — de la Villerogon, par. de Plélxmlle, — de la Demiville, — de Kerambartz, par. de Landaul, — de Kercadio, par. d’Erdeven, de la Villegoures, par. d’Erquy.

Anc. ext., réf. 1669, onze gén., réf. et montres de 1123 à 1535, par. de SaintCast, Saint-Potan, Pléhérel et Pléboulle, év. de Saint-Brieuc.

D’argent au lion de gueules, couronné d’or.

Jean, que l’on croit fils puîné de Bertrand, sr de Matignon et de Jeanne de Dinan, épouse vers 1357 Jeanne, dame de Beaucorps ; Alain, fils des précédents, qualifié cousin par le sire de Matignon dans un contrat d’afféagement de 1393, et institué en cette qualité, capitaine de son château de la Roche-Goyon en 1437, laissa de son mariage avec Matheline de Molière 1o Bertrand, qui a continué la branche de Beaucorps, éteinte en 18 40 ; 2o Jean, sr du Vaurouault, marié avant 1440 à Isabelle du Verger.

Plusieurs gentilshommes de la chambre et chevaliers de l’ordre du Roi, depuis 1584; deux conseillers au parlement en 1031 et 1655 ; deux filles à Saint-Cyr depuis 1703 ; deux