Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/531

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


GUE

Guermeur (di:), sr dudit lieu, par. de Plonrin, — de Penanoleuz, par. de Lambézeller Réf. el montres de 1426 à 1534, dites par., év. de Léon.

Fascéd’or et de gueules, qui est du Chastel, la première fasce de gueules, chargée d’une molette d’or (Arm. de l’Ars.)

GuermEun (du). sr dudit lieu, par. de Penvénan.

Montre de 1481, par. de Penvénan, év. de Tréguier.

De gueules à sept (aliàs : dix) annelets d’or (G. le B.). Moderne du Dremay.

Guermeur (Dr), en français Grandville (de La), sr dudit lieu, par. de Goudelin, trève de Bringolo, — du Ponthou, par. de ce nom, — de Coatfao, par.’ de Pluguflan. Réf. 1403, par. de Plouégat Guérand, év. de Tréguier.

De sable fretté d’or.

Un croisé de ce nom en 1248 (cab. Courtois).

La branche ainée fondue dans Taillart ; moderne Kergariou ; la branche du Ponthou fondue dans Rostrenen.

Guermeur (du), sr dudit lieu et de Kermaut, par. de Saint-Nic, — de Penhoat, par. de Loperhet, — de Ros:anou, par. de Gouëzec, — de Coëtroscc’h et de Coroac’h, par. de Combrit, — des Salles, par. de Kerfeunteun, — de Razo’uar, — de Lezergon, — du Lézardo, par. de Saint-Michel de Quimperlé, — du Poulpri, — de Kernizan et de Kerbernez, par. de Plonivel.

Anc. ext. chev., réf. 1669, huitgén., réf. et montres de 1426 à 1562, par. de Saint-Nic, Plonivel, Gombrit, Loctudy et Plobannalec, év. de Cornouaille.

De gueules à trois losanges d’argent, rangées et accolées en fasce, accomp. de six annelets de même, trois en chef et trois en pointe, rangés 2. et 1.

Guillaume, vivant en li00, épouse Louise Gousseau ; François, conseiller aux GrandsJours en 1498 ; Rolland, capitaine pour le Roi à Quimpcr en 1590; deux abbés du BreuilBenoit au diocèse d’Kvreux, depuis lbii0. (Famille éteinte en 1805).

Guehn (le), en français Launay (de), voyez Launay (de).

Guern (le), sr dudit lieu, par. de Plélauff, — de Kerriee, par. de Guern. Réf. 1427 à 1448, dites par. év. de Vannes.

Porte un aune, accomp. de deux oiseaux perchés (Sceau 1333). Alain, témoin d’une fondation faite à l’abbaye de Bonrepos en 1215.

Guern (nu), év. de Saint-Brieuc.

Porte un pairie Sceau 1415, Blancs-Manteaux).

Olivier, ratine le traité de Guérande en 13st ; Guillaume, mîutre-d’hêtel du ducen 1420. Guernalec (le), sr de Keransquer, près Quimperlé.