Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/56

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
19
ART


Arot, sr des Hayes-Robert, — de la Monnerais.

D’azur au centaure d’hermines, tenant sur l’épaule une massue de même (Arm. 1696).

Trois référendaires à la chancellerie de 1713 à 1787.


Arquistade (d’) ou Darquistade, sr de la Maillardière, par. de Vertou, — de la Sénéchallière et du Gué-au-Voyer, par. de Saint-Julien-de-Concelles, — de Saint-Fulgent.

D’argent au chevron de gueules, accomp. de trois trèfles de sinople. Devise : Patrio clarum suscepit amore.

René, échevin de Nantes en 1718, depuis secrétaire du Roi et maire de Nantes, anobli par lettres de 1743 ; Pierre, petit-fils de René, reçu conseiller au parlement de Paris en 1743.


Arradon (d’), sr dudit lieu et de Kerdréan, par. d’Arradon, — de Quinipily, par. de Baud, — de Camors, par. de ce nom, — de la Grandville et de Kerhervé, par. de Grandchamp, — du Plessix, — de Montigny.

Réf. et montres de 1443 à 1536, par. d’Arradon, év. de Vannes.

De sable à sept mâcles d’argent, comme La Motte.

Jérôme, capitaine ligueur et gouverneur d’Hennebont, frère de Georges, évêque de Vannes en 1590.

La branche aînée fondue en 1610 dans Lannion, puis Stapleton.


Ars (d’), sr de l’Ile-d’Ars, — de Botcren, par. de Plœren, — de Rulliac et de Tréviantec, par. de Saint-Avé.

Réf. et montres de 1481 à 1536, par de Plœren, év. de Vannes.

D’argent à trois quintefeuilles de gueules.


Arsac (d’) ou Erzac (d’), sr dudit lieu, par. de Dingé, — du Boisdenatz, par. de Maure.

Réf. et montres de 1441 à 1513, dites par év. de Saint-Malo.

De sable à l’aigle éployée d’argent, becquée et membrée de gueules.

La branche aînée fondue vers 1478 dans Couaridouc.

Rolland, chef d’une autre branche, capitaine de Tigné et Précigné en Anjou, l’an 1481, s’établit en Poitou et est l’auteur des srs de Ternay, élection de Loudun, qui ont produit plusieurs chevaliers de Malte aux XVIIe et XVIIIe siècles, un chef d’escadre en 1771, et se sont éteints en 1813.


Artault (orig. d’Anjou), sr de la Chesnaye

De gueules à trois tours d’or.

Guy, époux de Françoise Cupif, père et mère de Jean, maître des comptes en 1643, ce dernier père de Guy, maître des comptes en 1678.


Artois (d’), sr dudit lieu, par de Mordelles, év. de Rennes.

De sable au greslier enguiché d’argent.

La maison d’Artois s’est fondue dans le Vayer, et la seigneurie d’Artois acquise avant 1513 par les Gougeon, a été érigée en vicomté l’an 1679, en faveur de René de la Porte, sr d’Artois, et a passé ensuite par héritage aux Rousselet de Châteaurenault, d’Estaing et Visdelou.