Page:Potier de Courcy - Nobiliaire et armorial de Bretagne, 1890, tome 1.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
39
BAR


Barberé, sr de la Bauche, par. de Rezé, — du Bocage, — de la Bottière, par. Saint-Donatien, — du Rocher.

Ext. réf. 1668, trois gén. ress. de Nantes.

De sable à la fasce cousue de gueules, chargée d’une étoile d’or et accomp. de trois trèfles de même, à enquerre.

Marc, maître des comptes en 1568 ; Marc son fils et Michel son petit-fils aussi maîtres des comptes de 1589 à 1697.

Fondu dans Kaerbout.


Barberie (de la) (orig. de Normandie), sr dudit lieu, par. de Mellé, év. de Rennes.

Maint. à l’intend. en 1699, quatre gén.

D’azur au lion d’or, tenant de sa patte dextre une épée d’argent ; au chef de même chargé de trois mouchetures d’hermines de sable.

Le nom ancien de cette famille est Gaultier. Jean Gaultier, des Andelys, anobli en 1617 avec permission de changer son nom de Gaultier.


Barbette, sr de la Bourgonnière, — de la Rivière, — du Bois-le-Jard, — de la Courberie, par. de Tresbœuf.

Réf. 1513, dite par., év. de Rennes.

Olivier, archer de la garde de la Guerche en 1464, anobli en 1466.


Barbier ou en breton Barver, sr de Lanarnuz, par. de Tréflez, — marquis de Kerjan en 1618, par. de Saint-Vougay, — sr de Lanorgant, par. de Plouvorn, — de Kernaou et de Quilimadec, par. de Ploudaniel, — de Landouzan, par. du Drénec, — vicomte de Trouzilit, par. de Plouguin, — châtelain de * Lescoët en 1656, par. de Lesneven, — sr de Mezarnou, par. de Plounéventer, — de Kerc’hoënt, par. du Minihy, — de Rodalvez, par. de Languengar, — de Kernatoux, par. de Ploudalmézeau, — du Lescoat, par. de Lanarvily, — de Kergoff et de Tromelin, par. de Kernouëz, — de Kerhuon, — de Kerannou, — de Lesquiffiou, par. de Pleyber-Christ, — de Kerally, — de la Fontaine-Blanche, — de Coëtmenec’h, par. de Plouider.

Anc. ext. chev., réf. 1669, neuf gén. ; réf. et montres de 1443 à 1534, par. de Plounévez-Lochrist et Saint-Vougay, év. de Léon.

D’argent à deux fasces de sable. Devise : Var va buez (sur ma vie).

Jacques et Richard, compris dans le sauf-conduit donné par le Roi Edouard II au comte de Richemont et à ceux de sa compagnie en 1324 ; Guillaume, arbalétrier, et Alain, écuyer dans une montre de 1378 ; Jean, armé pour le recouvrement de la personne du duc en 1420, marié à Sybille Pilguen ; maître Yves, fils du précédent, époux de Marguerite de Kersulguen, possédait un hôtel noble exempt de fouages, en 1443, paroisse de Plounévez ; Hamon, conseiller aux Grands-Jours de Bretagne et abbé de Saint-Mathieu en 1533 ; René, chevalier de Saint-Michel, en 1612, époux de Françoise de Quélen, dont autre René, marié en 1627 à Françoise de Parcevaux, dame de Mezarnou ; un chevalier de Malte en 1742 ; deux chanoines, comtes de Lyon, dont l’un abbé d’Ardorel, au diocèse de Castres en 1761.

La branche ainée fondue en 1689 dans Coëtanscours, puis en 1755 Kersauzon, et le marquisat de Kerjan a été possédé successivement ensuite par les Brilhac, les Forsanz et les Coëtgoureden ; la branche de Trouzilit fondue en 1510 dans Carné.

Cette famille parait avoir une origine commune avec les Tromelin qui ont quitté le surnom de Barbier. Voy. Tromelin.