Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/149

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 141 )

amant ; des leçons dont elle se seroit bien passée. Enfin ; elle lui signifia, ainsi qu’à sa mère ; qu’elles feroient bien de se retirer ; parce quelle vouloit rester seule avec Landulphe.

» Le lendemain ; la courtisane raconta cette histoire par toute la ville ; et pendant plusieurs jours ; on ne parla pas d’autre chose. Le bruit public en informa bientôt Odoardo Zampi ; frère de la mère de Landulphe. Odoardo étoit un homme que l’on n’offensoit point impunément ; il crut l’être dans la personne de sa sœur ; et fit, dès le jour même, assassiner l’infâme Blanca. Landulphe étant aller voir sa maîtresse, la trouva poignardée et nageant dans