Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 24 )

Monsieur Zoto, je vous suis plus redevable que vous ne le pensez. Dernièrement, on a, par hasard, trouvé un poignard dans le corps d’un homme assassiné sur le chemin de Naples, la justice a fait porter ce poignard chez tous les armuriers, et vous avez généreusement attesté que vous ne le connoissiez point. Cependant c’étoit une arme que vous aviez faite, et que vous m’aviez vendue à moi même. Si vous eussiez dit la vérité, vous pouviez me causer quelqu’embarras. Voici donc les quarante-cinq onces dont vous avez besoin, et de plus, ma bourse vous sera toujours ouverte ». — Mon père accepta avec reconnois-