Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/260

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 86 )

s’alla coucher ; mais lorsque tout fut tranquille dans la caverne, je vis entrer Emina tenant comme Phsyché, une lampe d’une main, conduisant de l’autre sa petite sœur qui étoit plus jolie que l’amour. Alphonse, me dit Emina, reçois la récompense de ta valeur héroïque : tu as bravé les tortures plutôt que de nous trahir. Nous sommes ton bien, nous sommes tes épouses ; puisse le saint Prophète perpétuer en nous le sang des Abencerages.

Je n’étois pas assez casuiste pour savoir jusqu’à quel point il m’étoit permis d’écouter de pareilles propositions de mariage ; je cherchai des argumens à leur opposer, je n’en trouvai point. Je balbutiai quel-