Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/318

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
( 6 )

de toutes les manières indiquées par les règles de la cabale.

» Ce fut aussi à la fin de ma douzième année que l’on nous boucla, tous les deux, avec beaucoup d’exactitude ; et pour que rien ne démentît l’effet du signe sous lequel j’étois né, l’on ne nous servoit que des animaux vierges, avec l’attention de ne me faire manger que des mâles, et de ne donner que des femelles à ma sœur.

» Lorsque j’eus atteint l’âge de seize ans, mon père commença à nous initier aux mystères de la cabale schafiroth. D’abord il mit entre nos mains le Sepher Zoohar, ou livre lumineux, appelé ainsi parce que l’on n’y comprend rien du tout,