Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/334

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
( 22 )

leur sang. Derrière elles, deux Népheliens portoient un trépied d’un métal aussi supérieur à l’or, que celui-ci est plus précieux que le plomb. On plaça mes deux mains dans celles des filles de Salomon, et l’on mit à mon cou une tresse tissue de leurs cheveux. Une flamme vive et pure sortant alors du trépied, consuma, en un instant, tout ce que j’avois de mortel. — Nous fûmes conduits à une couche resplendissante de gloire et embrasée d’amour. — On ouvrit une grande fenêtre qui communiquoit avec le troisième ciel ; et les concerts des anges achevèrent de mettre le comble à mon ravissement Mais vous le dirai-je, le lendemain je me ré-