Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/335

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 23 )

veillai sous le gibet de Los-Hermanos, et couché auprès de leurs deux infâmes cadavres.

» J’en conclus que j’ai eu à faire à des esprits très-malins, et dont la nature ne m’est pas bien connue. Je crains même beaucoup que toute cette aventure ne me nuise auprès des véritables filles de Salomon, dont je n’ai vû que le bout des pieds.

« Malheureux aveugle, s’écria l’ermite, et que regrettes-tu ? tout n’est qu’illusion dans ton art funeste. Les maudites Succubes qui t’ont joué, ont fait éprouver les plus affreux tourmens à l’infortuné Pascheco ; et sans doute un sort pareil attend ce jeune cavalier,