Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/336

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 24 )

qui, par un endurcissement funeste, ne veut point nous avouer ses fautes. — Alphonse, mon fils Alphonse, répens-toi, il en est encore tems ».

» Cette obstination de l’ermite, à me demander des aveux que je ne voulois point lui faire, me déplut beaucoup. Je répondis assez froidement, que je respectais ses saintes exhortations ; mais que je ne me conduisois que par les lois de l’honneur. Ensuite on parla d’autre chose.

Le cabaliste me dit : « Seigneur Alphonse, puisque vous êtes poursuivi par l’inquisition, il vous importe beaucoup de trouver un réfuge assuré ; je vous offre