Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/370

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
( 58 )

porte-cochère, et l’on me fit monter en de grandes et belles chambres ; et puis, de là, par un escalier tournant, en une tourelle, d’où il me sembla qu’on auroit découvert toute la ville de Lyon, s’il eut fait jour ; mais le jour même on n’y eut rien vû, car les fenêtres étoient bouchées avec un drap verd très-épais. Au demeurant, la tourelle étoit éclairée par un beau lustre de cristal, monté en émail. Ma duègne m’ayant fait asseoir sur un siège, me donna son chapelet pour m’amuser, et sortit, en fermant la porte à double et triple tour.

» Lorsque je me vis seule, je jetai mon chapelet, je pris des ciseaux que j’avois à ma ceinture, et je fis une ouverture dans le drap verd qui