Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/383

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 71 )

la porte sur eux. Long-temps on entendit les exhortations de l’ermite, auxquelles Thibaud répondoit d’une voix forte : « Oui, mon père, je me repens, et j’espère en la miséricorde divine. » Enfin, comme l’on n’entendoit plus rien, on crut devoir entrer. L’ermite avoit disparu, et Thibaud fut trouvé mort avec un crucifix entre les mains. »

Je n’eus pas plutôt achevé cette histoire, que le cabaliste entra, et sembla vouloir lire dans mes yeux l’impression que m’avoit fait cette lecture. La vérité est qu’elle m’avoit singulièrement ému ; mais je ne voulus pas le lui témoigner et je me retirai chez moi. Là, je réfléchis surtout ce qui m’étoit arrivé, et