Page:Potocki - Dix journées de la vie d’Alphonse Van-Worden, 1-3.djvu/407

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 95 )

mon frère aperçut le bout des pieds des filles de Salomon. J’attendis que le soleil entra dans le signe des gémeaux, et j’opérai à mon tour. Je ne négligeai rien pour obtenir le succès complet ; et pour ne point perdre le fil de mes combinaisons, je prolongeai mon travail si avant dans la nuit, qu’enfin, vaincue par le sommeil, je fûs obligée de lui céder.

» Le lendemain, devant mon miroir, j’aperçus deux figures humaines qui sembloient être derrière moi. Je me retournai, et je ne vis rien. Je regardai dans le miroir, et je les revis encore. Au reste, cette apparition n’avoit rien d’effrayant. Je vis deux jeunes gens dont la