Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
73
le tour du saguenay


IX

LA LÉGENDE DES MAMELONS




Les collines de sable de Tadoussac — Le dernier de la race des Lenni-Lenape — Le Moulin Baude — Une découverte de marbre.






QUAND nous descendons le Saguenay ou lorsque nous montons ou descendons le fleuve, d’aussi loin que nous commençons à apercevoir les côtes qui bordent l’estuaire du Saguenay, nous ne voyons que des amoncellements de sable. Jamais on ne pourra voir tant de collines de sable s’amonceler sur une aussi petite étendue de terrain : toutes ces collines, rondes et hautes, se succèdent sans interruption, se courent depuis la Boule, dans le Saguenay, jusques de l’autre côté de la Pointe-aux-Vache, ou plutôt jusqu’au fameux banc de marbre où se trouvait autrefois le moulin Baude, à trois milles du village de Tadoussac.

Or, ce sont ces collines ou mamelons qui ont donné à l’endroit ce nom de Tadoussac.

c’est ici que nous voulons relater une légende très peu connue dans notre district et qui est, au reste, comme toutes les légendes, une pure œuvre d’imagination. Nous l’ignorions il y a encore quelques mois quand nous est tombé, en 1920, sous la main, un volume très rare aujourd’hui, paraît-il, publié en 1888, par