Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
74
le tour du saguenay

W.-H-H. Murray, à Philadelphie, et intitulé The Doom of Mamelons, et, en sous-titre : Legend of the Saguenay. Cette légende est inédite chez nous ; aussi sommes-nous heureux d’en donner l’argument — prononcez à l’anglaise.

La légende est basée sur une vieille prophétie qui existait dans la tribu indienne des Lenni-Lenape qui vivait alors dans les États du Sud-Américain. Cette prophétie veut que quand s’accomplira un mariage entre une princesse de cette tribu et un blanc, la race s’éteindra subitement aux Mamelons, endroit situé à l’embouchure du Saguenay et où les premiers blancs ont atterri, dit la légende — c’est-à-dire à Tadoussac, sans aucun doute. Ce mariage entre une princesse Peau-Rouge, fille de chef, et un homme blanc a été célébré, et le temps est venu où la vieille prophétie doit s’accomplir à Tadoussac. Le dernier de la race des Lenni-Lenape doit mourir ici.

C’est très long et très détaillé puisque la relation de la légende couvre 137 pages d’un volume in-octavo. Quoi qu’il en soit, les personnages qui sont présentés sont les suivants qui expliqueront en grande partie cette légende :

John Norton, écossais, un trappeur qui est ami intime du chef de la tribu indienne des Lenni-Lenape :

Le chef lui-même, qui est mourant d’une vieille blessure qu’il a reçue au cours d’une bataille qui s’est déroulée aux Mamelons entre ceux de sa tribu et les Montagnais et qui, au moment où il sentait sa fin approcher, a envoyé un courrier demander au trappeur Norton qui était aux Mamelons de venir à son chevet afin qu’il lui communique ses dernières instructions :