Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
76
le tour du saguenay

jeunesse. Ce dernier allait la marier quand la mort surprit la princesse. Mais avant de mourir, cette dernière laissa son héritage à sa fille : elle demanda à cette dernière de conquérir l’amour du trappeur et de se marier à lui afin de fonder une race nouvelle et belle.

Le chef eut vent de ce désir et des instructions données à Atla par sa mère mourante. Se sentant affaiblir par la blessure qu’il avait reçue à la bataille des Mamelons, il fit demander à son chevet le trappeur Norton et lui dit la terrible prophétie qui avait trait à l’extinction de sa race. Le chef se rappela que la prophétie spécifiait que si un enfant naissait d’un mariage d’une fille de sa race avec un homme de race blanche très pure, la prophétie ne se réaliserait pas. Le trappeur dut avouer qu’il n’était pas cet homme : il dut résister aux désirs de son cœur. Mais Atla finit par triompher et il fut décidé de se rendre aux Mamelons où ils se marieraient. Mais, hélas ! au moment où la cérémonie du mariage allait s’accomplir, Atla mourut, réalisant la fatale prophétie.

Et voilà !

Les paisibles habitants de Tadoussac sont loin de se douter qu’un aussi sombre drame s’est passé au milieu de leurs rochers. Il faut s’attendre à tout dans ce pays tourmenté et mystérieux.

Mais quittons la légende pour la réalité. Sait-on que Tadoussac a failli, un jour, devenir une ville minière ?

Quand on quitte le hâvre de Tadoussac qui s’étend entre la Pointe-de-l’Islet et la Pointe-aux-Vaches et que l’on côtoie le littoral du fleuve, on arrive à une baie au fond de laquelle coule un ruisseau qui est aujourd’hui