Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de l’autre côté du rideau. Tant que vous descendez le fleuve et remontez le Saguenay, il y a bordure à gauche ; allez toujours, virez quelque peu, revenez par le pays sauvage, l’inconnu, et vous aurez fait le tour des merveilles, ce qui n’est plus du tout revenir sur vos pas et revoir des perspectives déjà fixées dans votre mémoire. M. Potvin nous indique deux promenades en une seule course.

On disait d’un homme observateur qu’il avait découvert des environs autour de son village. Ce livre fait précisément la même chose à l’égard de trente ou quarante localités qui manquaient d’étude. Aux formes physiques des sites, il ajoute le souvenir des temps disparus. C’est complet et, après, avoir tout vu, tout compris, tout admiré, on rentre chez soi par la porte de derrière alors qu’on s’imaginait avoir atteint le bout du monde et avoir à revenir. Nous restons avec le présent qui est la beauté même et des aperçus dans le passé pour nourrir cent conversations. Vous pouvez, sous ce dernier rapport, lire l’ouvrage à la maison, sans aller jusqu’à Chicoutimi, et gagner encore pas mal de contentement — mais le mieux est de faire le tour puisque maintenant tour il y a. C’est un voyage dans un fauteuil.

Benjamin SULTE