Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/153

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
112
le tour du saguenay

Girard, le député du district de Québec qui, à part sir Wilfrid Laurier, a représenté le plus longtemps son comté aux Communes. M. Girard a, en effet, représenté le comté du Lac-Saint-.lean pendant plus du seize ans. Il a été battu en 1917 par le Dr Edmond Savard, de Chicoutimi, qui est le député actuel (1920). M. Émile Moreau, de Péribouen, est le député du comté au Parlement de Québec.

Dans cette partie du Lac-Saint-Jean, à l’intérieur des terres ou de l’autre côté du lac, nous ne voyons pas Saint-Joseph d’Alma, Saint-Cœur-de-Marie, Saint-Henri- de-Taillon, puis, du côté opposé du lac, Péribonka, Mistassini, Saint Méthot, Normandin, Sainte-Lucie-d’Albanv, Saint-Félicien, Saint-Prime, et ensuite, Roberval où le touriste arrivera tout à l’heure.

Après Saint-Gédéon, le train franchit Saint-Jérôme, la paroisse la plus véritablement agricole de la région. On longe le beau Rang du Poste et l’on arrive aux bords de la rivière Métabetchouan que le train franchit sur un magnifique pont en fer. L’endroit est, ici, prodigieusement pittoresque. Sur la pointe qui forme l’estuaire de la rivière et la rive est du lac, nous voyons se dresser une grande croix de bois rustique. Elle fut plantée là en 1900 pour perpétuer l’établissement du plus vieux poste de la région, le point précis où, en 1616, fut dite par le Père DeQuen, découvreur du lac Saint-Jean, la première messe dans ces solitudes profondes. Puis, par les lacets d’une route d’un pittoresque achevé, tantôt traversant des vallons profonds et perçant des collines superbes, tantôt presque sur les sables fins des grèves du lac, après avoir traversé le Rocher-Percé, La-Martine, le Petit-Québec et le Petit-Montréal, petits