Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
111
le tour du saguenay

ville industrielle qui s’appellera la ville de Saguenay, grâce à l’agrandissement considérable des moulins Price.

Jonquière, Kenogami et Ville de Saguenay sont destinés à devenir la région la plus intensément industrielle non seulement du Saguenay mais du district de Québec et même de la province.

Après avoir traversé deux petits villages formés de quelques maisonnettes d’ouvriers construites autour de moulins à scie, le train arrête à Saint-Bruno que nous ne voyons guère et qui est une paroisse essentiellement agricole, puis Hébertville-Station où fleurit le commerce qui nourrit toutes les paroinses d’alentours que le chemin de fer du Canadien-Nord ne peut pas atteindre. Au point de vue canonique, Hébertville-Station s’appelle Saint-Wilbrod : la paroisse a été fondée en 1911.

À trois lieues d’Hébertville-Station se trouve le village d’Hébertville. Hébertville est la plus ancienne paroisse du Lac-Saint-Jean ; c’est le berceau des 36,000 habitants qui peuplent aujourd’hui cette région. L’hon. M. Boucher de LaBruère, en 1880, a publié des lettres intéressantes sur la région du Lac Saint-Jean et, en particulier, d’Hébertville. L’ancien surintendant de l’Instruction Publique était alors rédacteur du Courrier de St-Hyacinthe qui publiait ses lettres.

Et voici le train à Saint-Gédéon, d’où nous apercevons pour la première fois le lac.

Saint-Gédéon est dans le canton Signaï et le village est à un mille de la gare. La paroisse, essentiellement agricole, a été fondée en 1864. Près de la gare est établi depuis 1910 un important moulin de la Cie Price Bros. C’est à Saint-Gédéon que demeure M. Jos.