Page:Potvin - Le tour du Saguenay, historique, légendaire et descriptif, 1920.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
12
le tour du saguenay

plus terrible fut 1817, alors qu’arrivèrent à la Grosse-Île, par millier, les immigrants irlandais frappés du choléra pendant la traversée. Sur la Grosse-Île, 7.000 de ces malheureux sont enterrés dans une même fosse : tous furent victimes de l’épidémie. Depuis 1817, chaque année, les membres de la colonie irlandaise de Québec vont faire un pèlerinage sur ce tragique coin de terre au sein duquel dorment leurs malheureux compatriotes.

Ces îles du Saint-Laurent sont intéressantes bien que, malheureusement, du chenal nord, nous ne les voyions pas toutes. Signalons seulement, un peu avant l’extrémité est de la Grosse-Île, l’Île Sainte-Marguerite, peu remarquable, excepté pour le bois de chauffage que l'on en tire et ses paccages à animaux domestiques. Au nord et au nord-ouest de cette île, il y a beaucoup d’îlots inhospitaliers. Un seul mérite une mention, mais très honorable, c’est l’Île-au-Canot. Ici, nous laissons la parole à M. Pierre-Georges Roy qui nous relate un fait bien touchant :

« Là habitait seul », dit-il, « au commencement du siècle dernier, un jeune et pauvre ménage. Une nuit que le mari était absent, la femme fut réveillée par les cris de son plus jeune enfant. Elle se lève, le prend dans ses bras, l’apaise en lui donnant son sein et s’assit sur son lit en attendant qu’il s’endorme. La nuit était sombre : la tempête grondait. Ces jeunes enfants dormaient d'un profond sommeil : elle seule veillait au milieu des ténèbres. L’isolement dans lequel elle vivait, l'abandon où elle se trouvait, le triste avenir de sa nombreuse famille se présentant alors à son esprit, elle se sentit le coeur pénétré de douleur et elle donna