Page:Potvin - Un héros de l'air, l'heureuse aventure de Roméo Vachon, 1955.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Vachon qui, accompagné de son épouse et en passant au-dessus du Stadium, fit pleuvoir des milliers de petits drapeaux de soie et une centaine de livres de confettis.

Enfin, le 16 mars 1939, parmi les jours fastes de sa carrière, Roméo Vachon avait le plaisir de piloter un avion des « Trans Canada Air Lines » qui faisait la traversée du Canada, portant un groupe important de notables de Montréal et de journalistes. Et ce fut, ont dit les passagers, un vrai pique-nique dans les airs que ce périple vers l’Ouest canadien, grâce surtout à la maîtrise de l’homme au volant qui excluait toute crainte et toute inquiétude chez les passagers.

Voilà, dirions-nous, autant de petites récompenses accordées par la faveur publique au courage, à l’intrépidité, à l’habileté et à la ténacité de ce pionnier de notre aviation commerciale canadienne qui, au prix de maintes difficultés, aura eu le plaisir de connaître dans sa trop courte carrière tous les genres d’aviation dans l’est du Canada et de tenir la vedette dans tous.


L’Homme de devoir


Dans l’histoire partielle de l’aviation canadienne par Frank H. Ellis, parue en 1954, sous le titre de « Canada’s Flying Heritage », le nom de Roméo Vachon est mentionné à huit reprises, en particulier, comme pionnier de l’aéropostal effectuant une liaison Ottawa-Québec-Rimouski-Côte Nord, plus particulièrement encore, comme le premier aviateur à parachuter un sac de malle au-dessus du sol québécois le 21 décembre 1927.

Notre jeune compatriote n’a jamais recherché les honneurs mais il a toujours voulu les accepter quand ils honoraient sa race. Le succès le laissait égal à lui-même. En action, il était à la fois spontané et de sang-froid, ingénieux et entreprenant. Les charges qu’on lui a