Page:Pradez - La Revanche du Passé, 1900.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fruits de la terre arrivent à maturité à travers une longue succession de nuits et de jours, toute une alternance de lumière et d’ombre. Les procédés de la nature n’étaient-ils pas partout les mêmes ?

Elle songea un moment, très absorbée, cherchant à se convaincre de l’efficacité de ce travail intérieur, à y croire assez pour puiser dans cette foi la résignation et la confiance ; puis elle soupira profondément.

Quoi qu’elle fît pour la retenir, l’illusion flatteuse lui échappait. La réalité reprenait sa place, bloc immobile que les mille petites dents rongeantes des heures ne parviendraient pas à entamer d’une seule égratignure.

À quelques jours de là, Élisabeth et sa mère partaient pour X…, et la locataire d’en haut, descendue pour prendre congé, s’attardait un moment sur le seuil, cherchant à continuer l’entretien avec Gertrude.

— C’est singulier, disait-elle, à présent on dirait que c’est la mère qui s’alanguit. Une si