Page:Pradez - La Revanche du Passé, 1900.djvu/18

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Avec précaution les ouvriers venaient d’apporter le dernier colis de la grosse voiture, et, tout emmitouflé d’enveloppes et de couvertures, ils le tinrent un moment en équilibre au milieu de la chambre.

— Si toutefois, dit enfin l’un d’eux, Madame voulait indiquer où il faut mettre la glace, pendant que nous y sommes nous la fixerions, et ce serait ça défait.

Mme Georges secoua sa distraction :

— Ici.

En un tour de main démaillotée de ses langes, la glace se dressa contre la muraille, la couvrit du haut en bas. Aussitôt toute la lumière des hautes fenêtres sans rideaux s’y mira. L’appartement parut grandir. Il prit un air gai, élégant, presque luxueux, et la silhouette des deux femmes en deuil s’y reproduisit nettement. La mère avec son buste plein, majestueux et souple, la fille longue et maigre sous les lourdes étoffes noires qui tombaient en plis droits autour d’elle.

C’était une longue glace étroite, au cadre