Page:Pradez - La Revanche du Passé, 1900.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


La Revanche du Passé


CHAPITRE I


Il faisait encore grand jour, et Élisabeth, restée seule un moment dans la chambre démeublée, s’approcha de la fenêtre.

Ce côté de la maison donnait sur des jardinets carrés, étroits, séparés les uns des autres par des haies vives, crevées de larges trous béants.

Quelques pommiers maladifs, des buissons de groseilles épineuses et des massifs de dahlias aux couleurs éteintes peuplaient cet enclos, où s’alanguissait une pâle verdure potagère.

En été, sur ce maigre terrain presque abandonné, poussait un désordre de végétation, un pêle-mêle de petite salade, d’herbes folles,