Page:Pradez - La Revanche du Passé, 1900.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tut, et sous l’attitude intime une gêne glissa, très subtile, comme si des pensées incompatibles se heurtaient déjà dans la nuit et que ce choc dût rester enveloppé de mystère…

Elles se séparèrent brusquement quand Gertrude entra enfin avec de la lumière, et tout de suite Élisabeth regarda le visage de sa mère. Il lui sembla différent de celui de tous les jours. Sa régulière beauté l’impressionna pour la première fois d’une façon pénible. Une envie de pleurer lui vint, lui serra la gorge à l’étrangler, et voyant Gertrude s’attarder autour des volets, les fermer avec une lenteur agaçante, elle s’échappa.

Mme Georges l’attendit jusqu’à minuit, puis elle rentra chez elle sans bruit.