Page:Pradez - La Revanche du Passé, 1900.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


passionnément, tu es à moi, tu m’appartiens. Tu ne peux pas, quoi que tu fasses, me dépouiller du droit de t’aimer ; cela, non.