Page:Pradez - La Revanche du Passé, 1900.djvu/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bien volé ! Depuis qu’elle était au monde, il n’y avait eu autour d’elle que fausseté, volontaires duperies, mensonges !

Ce soir-là, au moment de se séparer de sa fille pour la nuit, Mme Georges la prit de nouveau dans ses bras, et l’interrogea de tout près, suppliante :

— Élisabeth !

— Ne me dis rien, balbutia la jeune fille, sourdement, pas maintenant. Oh ! non, ne parlons pas.

Et elle se sauva.

Restée seule, Mme Georges alla appliquer son front à la vitre, et elle resta longtemps abîmée dans ses pensées.

Elle avait plus souffert pendant cette journée de douze heures que durant la longue suite d’années laborieuses où elle gagnait son pain au jour le jour. Et ce n’était qu’un premier pas fait dans un chemin nouveau ; tous ceux qui allaient suivre s’orienteraient du même côté !

— Et pourtant, murmura-t-elle enfin