Page:Procès verbaux des séances de la Société littéraire et scientifique de Castres, Année 1, 1857.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 127 —

cuments authentiques, les diverses époques de sa vie intérieure et de sa participation aux événements généraux.

Une médaille d’argent pour un mémoire sur le bassin de l’Agoût étudié au point de vue géologique et minéralogique.

Les concurrents devront faire connaître sa formation, s’attacher particulièrement aux fossiles, et accompagner le texte de dessins.

Une médaille d’argent pour une épître en vers sur un sujet laissé au choix des concurrents.

Une médaille d’argent pour un conte en vers patois.

Les manuscrits devront être adressés franco, à Castres, avant le 31 mars 1858, à l’adresse de MM. J. Tillol et V. Canet, secrétaires de la Société littéraire et scientifique. Ils porteront une épigraphe qui sera reproduite sur un billet cacheté contenant le nom, les prénoms, la profession, le domicile de l’auteur, et la déclaration que l’ouvrage est inédit et n’a pas déjà concouru.


Il est ensuite donné lecture d’une première lettre en prose et en vers sur des riens.

Dans ce travail, plus sérieux que ne l’indique son titre, M. Nayral veut réunir toutes les particularités qui ont de l’importance, soit par elles-même, soit par rapport aux hommes distingués en qui il les signale. M. Nayral a lu beaucoup, et il n’a rien oublié de ce qu’une étude de tous les instants lui a révélé sur le caractère, les habitudes, les préférences, les répulsions de ceux qu’il appelle, avec un souvenir pieux, les compagnons de sa vie.

S’il y a dans la littérature un charme pour l’esprit et pour le cœur, si elle est un moyen puissant de perfectionnement pour les individus et la société, elle n’en est pas moins un aliment à la curiosité. Sous la vie publique des grands écrivains, se cache la vie