Page:Procès verbaux des séances de la Société littéraire et scientifique de Castres, Année 1, 1857.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 44 —

M. Cavagnac a communiqué à la Société trois fables étudiées d’après ces principes. M. V. Canet en donne lecture. Il fait remarquer en quoi cette appréciation détaillée et raisonnée, ressemble aux travaux connus, en quoi elle en diffère. Il croit que cette méthode appliquée aux plus remarquables des chefs-d’œuvre de La Fontaine, — le choix est difficile à faire, — peut être d’une très-grande utilité, non pas seulement pour les jeunes gens, mais encore pour tous ceux qui, convaincus que l’auteur de tant d’aimables peintures et de profondes leçons, n’est pas seulement un fablier, voudront se rendre compte du mérite du penseur, en même temps qu’ils subissent la douce influence du poète.

La Société charge le bureau de transmettre à M. Cavagnac ses remerciements pour son intéressante communications. Elle espère que ce travail si bien compris, et dont les résultats peuvent être si importants, ne restera pas incomplet.


M. J. Tillol lit un rapport sur l’Ellipsographe offert à la Société par M. C. Valette.

La facilité avec laquelle le cercle peut être décrit, au moyen d’un compas, a fait souvent regretter qu’il ne fut pas également possible de mettre entre les mains des ouvriers un instrument capable de donner toutes sortes d’ellipses. Cette courbe qui se présente fréquemment dans les arts, offre, pour son tracé, des difficultés sérieuses. Le plus souvent, les ouvriers sont réduits à l’emploi de patrons qui, jamais, ne présentent les dimensions qu’ils désirent. De là des contractions ou des dilatations qui altèrent, d’une manière fâcheuse, l’aspect de la courbe et la réduisent, le plus souvent, à un ovale plus, ou moins défectueux.

Les géomètres se sont souvent préoccupes de ces difficultés. Depuis le marquis de l’Hôpital, divers instruments plus ou moins ingénieux ont été inventés. Cependant, aucun de ces ellipsographes n’est entré dans la pratique. C’est tout au plus s’ils ont