Page:Procès verbaux des séances de la Société littéraire et scientifique de Castres, Année 1, 1857.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 49 —

M. Nayral lit la seconde partie de son étude sur les œuvres mêlées de prose et de vers.

Si les anciens nous ont donné l’exemple des ouvrages de ce genre, l’esprit français leur a imprimé un caractère particulier et vraiment national, d’intérêt, de variété, de finesse et de charme. C’est dans les voyages surtout qu’il a excellé. En faisant passer sous nos yeux un grand nombre d’objets divers, en nous mettant en contact, à chaque instant, avec des visages nouveaux ; le voyage nous soumet à des impressions qui se succèdent rapidement et que l’on est heureux plus tard de recueillir et de raviver. Tout prend alors de la vie et du mouvement. La nature revêt ses plus riches couleurs, les personnages s’offrent d’eux-mêmes à l’œil de l’observateur ou du peintre. Ils se montrent avec leurs traits, leurs mœurs, leurs ridicules. Les incidents se présentent ou plaisants ou terribles. L’esprit se joue dans ce cadre sans limites. Libre dans ses allures, il touche d’un côté à la vérité, tandis que de l’autre il se croit tout permis, pourvu qu’il ne mente pas à la vraisemblance. Il est facile de comprendre tout ce qu’il y a de ressources pour l’imagination, dans un genre qui ouvre de si larges perspectives, et qui, par la variété des sujets et des tons, porte en lui-même un si vif intérêt.

L’historien de Thou publia, en 1589, un voyage en Allemagne mêlé de prose et de vers. Il est écrit en latin, ainsi que les mémoires dont il fait partie. C’est sans doute ce qui fait regarder Chapelle et Bachaumont comme les premiers à qui notre littérature doive ces récits, où les sujets les plus divers trouvent leur place, et où les détails les plus futiles rendus avec grâce et vivacité, dispensent d’autres mérites.

Les Aventures de d’Assoucy sont ridicules. Le Voyage à l’Isle d’Amour, par l’abbé Tallemant, est une allégorie ingénieuse imitée de la Carte de Tendre, de Mlle de Scudéry. L’auteur l’écrivit à 18 ans ; et ce fut six ans plus tard, en 1666, son