Page:Procès verbaux des séances de la Société littéraire et scientifique de Castres, Année 2, 1858.djvu/165

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 165 —

gulier, normal ou trop précipité, de la réorganisation municipale. Les noms propres des maires, lieutenants de maire, premiers consuls-maires, assesseurs, etc., successivement inscrits sur les registres des électeurs ou des nominations annuelles, donnent à l’histoire locale son véritable caractère. Là apparaissent toutes les notabilités créées tour-à-tour par le choix du monarque, la vénalité des charges, le mérite individuel, la bonne renommée, la richesse honorablement acquise. Aussi M. Combes termine-t-il ce catalogue qui a une importance historique, par la nomenclature des autorités locales depuis 1680, jusques au commencement de la révolution française : tableau exact, authentique, instructif et qu’il serait heureux de voir reproduire, sur les murs de quelque salle, destinée à des réunions publiques, afin de signaler à nos contemporains, les noms propres, les plus dignes à la fois de leur vénération et de leur reconnaissance.

Voici cette liste :

1680 Bernard Coste, avocat au parlement, nommé par le roi.
1681 Noble Jacques de Ranchin, élu par le peuple.
1682 Jean Balaran, avocat au parlement, id.
1683 Guillaume de Cabrier, bourgeois, nommé par le roi.
1585 Melchior Du Lac de Montvert, id.
1685 Noble Alexis de Perrin, seigneur de la Bessière.
1686 Étienne Manas, avocat.
1687 Paul Gautier, avocat.
1688 Louis de Frégeville.
1689 Pierre Maffre, seigneur de Lastens.
1690 Étienne-Henri Besson, docteur en médecine.
1691 Jean-Jacques Milhau, avocat au Parlement.
1692 Étienne Gautier.
1693 Jean-Jacques Milhau, seigneur de Gourjade.
1694 Michel Charteau, notaire royal.
1695 Étienne Chasalou.