Page:Procès verbaux des séances de la Société littéraire et scientifique de Castres, Année 2, 1858.djvu/221

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 221 —

sés. Les indications nouvelles qui sont données peuvent diriger les recherches, et offrent le moyen de marcher avec assurance dans une voie où les erreurs sont si faciles, et où trop souvent l’imagination usurpe la plus large part.

La cathédrale de Mende est l’objet d’une étude minutieuse et savante. Les monuments historiques présentent un véritable intérêt, soit par eux-mêmes, soit par les souvenirs qu’ils rappellent, et les événements dont ils portent pour ainsi dire l’empreinte. Plusieurs sont de véritables poèmes en pierre, dont il faut rechercher la pensée secrète, et poursuivre la portée intime. Le symbolisme qui se manifeste partout, au-dedans comme au-dehors, met à chaque instant, sur la voie de découvertes nouvelles. L’époque avec son caractère, ses tendances, ses aspirations, s’y révèle de manière à ne laisser aucun doute, et à faire naître cet intérêt ardent qui s’attache toujours à la manifestation de la pensée humaine, quelque forme qu’elle revête.

L’histoire de la cathédrale de Mende est complète : les atteintes diverses qu’elle a subies à travers les orages religieux dont les Cévennes ont été le théâtre, sont recherchées avec soin. Des notes accompagnent ce travail, élucident certains points de l’histoire ecclésiastique de la localité, et présentent même des éclaircissements qui pourraient devenir utiles pour l’étude de pareilles questions en d’autres lieux. À ces notes sont joints les dessins de quelques pierres tombales qui ont un certain intérêt historique.


M. L. PAILLÉ, docteur en médecine, adresse à la Société un travail sur cette question : La médecine est-elle un art purement conjectural ?

Ce sujet n’est pas nouveau. La question a été bien de fois posée, débattue, controversée et résolue. Ce qui