Page:Projet de Constitution de Condorcet PDF 1 -1DM.pdf/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


i i ( +¤ ) î Dans les eirrrtnllances, au contraire, oti l'on ûzra obligé de trroutir à la lille lirblitliaire, le vœu de la plus prand: majo~

tiré indiquera encore ceux que cette majorité a ptélëtéa Son vœu

ne len point rtulii prononcé en lent faveur, il lc (era Feulcmerr plus qu’cn faveur d'aucuo autre 5 mais on |’aura obtenu tcl qu'il cli: dant ln réalité; 8: que gagnercinon â Forcer de le prononcer davantage en apparence, a paraître avoir obtenu un vœu qui rfexille pas! Les lirppléatts ieroicnt pris d’aborcl parmi ceux qui ayant eu la mniorité dans les premières voix, auraient été exclus par une majorité plus grande 5 6: li on n recours pour la roraliré ou pour une patrie ti’r·mrc cut , it la liflc fubfidizire, ils feroient élus alors même à la (itnple pluralité. · Au telle, ce cas feroit très·rare , Gt lïneonvéoiextt qui en rê- fultcroit «]uel·prcl`ois pour les derniers Tu léazxt , ell plus que com- penltî par la facilité de terminer l'élctllitn par tm Feul vœu 6: par un mode de votation aulli prompte que lirnple. Les élcéiinns fe fomtanr ainfi dans des allcniblëes iëpatrêes , feront bien moins expofées à Yinuigue. Il lui (croit prefque im olliblc àïmpêclter un homme ¢l‘un merite réel , d'érre place (ur la lille des raurlitlats, H les fulfrages doivent naturellement l’y appeler. ll (croît également rlilîicile à une eabale rl'¢tnpêcher la majorité tie le réunir en faveur d'un homme (`upérient, ou de la fédttite pour un fujet vraiment indigne, Examinons enfuitc ecttc orme d'é!eêHo¤ dans Phyporbèle de deux partis qui divifent les citoyens. En eût , une méthode d‘é|eûion qui rlcvicnrltoir alors vicxettfe, ne peut être admife dans une bonne Conûiturion; ear, c’il ei! cplolïible rl'e¤ écarter les partis politiques, il ne l'el't pas d‘empê er les partis d’opî¤io¤ de s’y former Gt de s’y perpétuer. · Or _, dans cette hypotltèfc , la ntétltorle que nous propnfons olïre au contraire des avantages très·réels. D‘aborrl le i le plus nombreux doit néeellaiternenr placer dans la lille lâ': can- rlidats un nombre des hommes qui lui conviennent au moins ëgalâ celui que le parti ¤PP°[É poutroit Y introduire; mais le premier pourta diiïicilcrttenr s‘empatcr de la lille entière. Cena lille n'oli`rira— donc point le fpeéiacle, toujours uüligeanz, de la pttifluncc d‘tm arri. Enlixite dans lïîleéiion même, il fulürz, pour aflurer la ptéppondérauee du parti le plus nombreux, qtfil . air nlwemt fin la lili-: un nombre de noms égal- à celui des places : il aura don: récciluitemcnr Pavautage, (arts avoir befoin d'ern·· foyer mmm de ces moyens corrupreurs ou contraires it la r::m· qwtzëiicé publique , dont l`u£`age , longtemps continué dans un