Page:Puyjalon - Récits du Labrador, 1894.djvu/110

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
109
RÉCITS DU LABRADOR

hiver. Je vous engage à suivre mon exemple, et, si vous aimez à voir lever l’aurore, si vous estimez, comme moi, que deux ou trois heures de marche dans les bois, sous les rayons déjà timides du soleil des derniers jours de l’automne, constituent la plus incomparable des sauces que l’on puisse confectionner au déjeuner qui vous attend à la maison, vous n’hésiterez pas à vous livrer à ce sport très agréable et presque toujours fructueux.