Page:Puyjalon - Récits du Labrador, 1894.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
60
RÉCITS DU LABRADOR

Le loup-marin à pattes carrées.

Le loup-marin jaune ou plaqué.

Le loup-marin tête de cheval ou rouape.

Le loup-marin d’esprit, le harbour seal des Anglais (phoca vitulina — Linnée), ne se tue presque jamais au large. Il fréquente surtout le rivage, les roches qui l’avoisinent et les baies profondes qui découpent nos côtes. Il pénètre quelquefois jusqu’aux chutes les plus éloignées des rivières et y prolonge son séjour pendant une partie de l’été. Il n’est pas rare de le rencontrer, dans certaines anses, en troupe de vingt-cinq, trente ou même quarante individus. Mais ces agglomérations sont dues bien plus à la fantaisie individuelle qu’au besoin de société. Contrairement à ce qui a lieu pour les autres phoques, notamment les brasseurs, qui paraissent obéir à une loi commune ou à un chef, chaque loup-marin d’esprit agit à sa guise et semble complètement indépendant de la volonté ou des actions des autres membres de la troupe dont il fait partie.

La taille de cet animal ne dépasse pas cinq pieds et son poids atteint difficilement deux cents livres. Sa peau, d’un blanc jaunâtre, sale, est souvent parsemée de taches noires très rapprochées, surtout sur le dos. On le dit alors pivelé, et la va-