Page:Puyjalon - Récits du Labrador, 1894.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
67
RÉCITS DU LABRADOR

ou de 150 à 300 quarts, comme on le dit sur la côte.

Ces petits navires sont montés par douze quinze ou dix-huit hommes, suivant la réputation du capitaine, l’équipage est à la part. Chaque chasseur qui embarque est tenu de se fournir des provisions et des munitions nécessaires à sa nourriture et à sa chasse pendant la durée de l’expédition qui est d’environ six semaines.

Une fois la chasse terminée les produits en sont divisés au prorata, le navire participant au profit au même titre que les hommes de l’équipage et d’après les conventions établies pour la participation de chacun. C’est ainsi que le capitaine et le vaisseau ont deux ou trois parts de prises, que le cuisinier a une ou deux parts, que certains chefs de canot en ont deux et que quelques jeunes gens encore peu expérimentés n’ont que demi-part dans les prises.

Une fois l’équipage formé, les conventions établies, tous se mettent au gréement de la goëlette.

On garnit son étrave et ses flancs, jusqu’à une certaine hauteur au-dessus de la ligne de flottaison, de forts madriers de bois résistant. Les mâts sont suiffés, les chaînes soudées, les voiles repassées et ralinguées à neuf s’il y a lieu, les canots sont montés à