Page:Quatremère de Quincy - Considérations morales sur la destination des ouvrages de l’art, 1815.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
(3)

espèces de nécessité. Les causes même qu’on fait dériver, soit de l’enseignement, soit des encouragemens, soit des récompenses, se rattachent plus immédiatement qu’on ne pense à l’action première de la nécessité.

Quel fut ce peuple où l’on vit les exemples produire les règles du beau dans les œuvres de l’imitation, et les règles reproduire des modèles de plus en plus achevés ; où l’on vit l’exécution créer les méthodes, et les méthodes simplifier l’exécution ; où les chefs-d’œuvre de toute espèce, et tous les genres d’encouragement réunis laissent encore, à douter si le génie fut plus honoré par les récompenses qu’il ne les honora lui-même ? Quel fut ce peuple ? Ce fut celui chez lequel les Arts d’imitation naquirent et se développèrent comme des plantes indigènes ; ce fut celui dont toutes les institutions sociales, politiques et religieuses étaient fondées sur les Arts d’imitation ; celui chez lequel toutes les grandes actions immortalisées, toutes les belles affections consacrées, tous les sentimens personnifiés par des signes publics, ne permettaient à l’Art aucun monument oiseux ou inutile, ni à l’artiste aucun ouvrage qui n’eût un emploi nécessaire

En indiquant les trois degrés de causes né-