Page:Réflexions sur la révolution de France.pdf/38

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



RÉFLEXIONS
sur
LA RÉVOLUTION DE FRANCE.
Londres, le 1er Novembre 1790.

    Monsieur,


Votre ardeur ne se ralentit donc pas, et vous voulez absolument savoir ce que je pense sur les dernières opérations en France. Ne croyez pas, je vous prie, que j’attache assez de valeur à mes opinions, pour souhaiter qu’on les recherche. Elles sont de trop peu d’importance pour mériter d’être communiquées ou retenues avec tant de soin. Si j’ai hésité à vous les faire connaître lorsque vous m’y avez provoqué une première fois, c’était par attention pour vous et pour vous seul. Vous aurez remarqué dans la première lettre que j’ai eu l’honneur de vous écrire, et que j’ai à la fin pris le parti de vous envoyer, que ma plume n’était celle d’aucun parti. Il fin sera de même dans celle-ci. Mes