Page:Régnier - 1914-1916, poésies, 1918.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
51
1915


Et qui, lorsqu’il s’assied à table,
Chaque dimanche de congé,
Accroche un sabre véritable
Au mur de la salle à manger.

*


Air brûlant du mois héroïque
Où la France, d’un mâle élan,
Se rua vers la lutte épique
Sous les feux d’un soleil sanglant !