Page:Régnier - 1914-1916, poésies, 1918.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
63
1915


Nous ne marcherons pas avec vous, jeunes hommes,
Vous, les vainqueurs ; vous, les superbes ; vous, les forts,
Et, graves, à l’écart, sachant ce que nous sommes,
Nous, nous demeurerons dans l’ombre avec nos morts.

Nous serons les veilleurs de leur nuit éternelle
Et nous entretiendrons sur leurs tombeaux sacrés
La torche vigilante et la lampe fidèle ;
Nous resterons près d’eux, alors que vous vivrez,

Puisque le dur Destin, de sa main meurtrière,
A fait blanchir leurs os dans le lit du torrent
Et qu’ils n’auront pas, eux, cueilli dans la lumière
Le laurier ténébreux arrosé de leur sang !


28-29 avril 1915.