Page:Régnier - 1914-1916, poésies, 1918.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
62
1914-1916


*


Mais nous, qui n’aurons pas trempé nos mains farouches
Dans le flot furieux du sublime torrent,
Que n’enivrera pas le cri de mille bouches
Qui, de chaque héros, fait comme un Dieu vivant,

Nous qui nous n’aurons connu de la grande aventure
Que la rouge lueur qui gronde à l’horizon,
Nous qui n’aurons souffert que notre angoisse obscure,
Nous qui serons restés au seuil de la maison,