Page:Réveillaud - Histoire du Canada et des canadiens français, de la découverte jusqu'à nos jours, 1884.djvu/255

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


voués, avait un peu plus de 10,000 hommes sous ses ordres. Québec, dont les fortifications étaient inachevées et dont on avait fermé les parties ouvertes par de simples palissades[1], ayant été regardé comme peu susceptible de défense, Montcalm s’établit dans une sorte de long camp retranché sur le bord du Saint-Laurent, dont Québec formait la droite et dont la rivière de Montmorency protégeait la gauche. Ce camp s’appela « le camp de Beauport », du nom du village qui en occupait à peu près le centre. On l’avait flanqué, de distance en distance, de redoutes garnies de canons, pour protéger les endroits où les Anglais auraient pu opérer leur descente.

Réveillaud - Histoire du Canada et des canadiens français, de la découverte jusqu'à nos jours, 1884 (page 255 crop).jpg

Après avoir adressé aux défenseurs de Québec une

  1. Mémoires de M. Joannès, major de Québec, sur la campagne de 1755.