Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


124 COMMENTAIRE.

rappelé les traits principaux du caractère de ceux qu’il avait connus dans ce pays }

Page 104,1. 5 : Ad capltulum capltulantes.ui Au cha- pitre les capitulants, » c’est-à-dire ceux qui ont droit d’y donner leur avis, qui y ont voix.

L. 7 : Contra hoftium injîdias. « Contre les embûches des ennemis. »

L. 8 : Pro pace. « Pour la paix. »

L. 10 : Frère lean des entommeures. Il en a été déjà question, dans la note sur la page 100, comme d’un personnage réel. La pièce suivante nous apprend qu’il s’appelait Buinard et était devenu prieur de Sermaise :

A MONSEIGNEVR BVINARD,

RELICIEVX PRIEVR DE SERMAISE,

Quand Rabelais t’appelloit moine, C’ertoit f.ins queue & fans doreure : Tu n’ertois prieur ne chanoine, Mais frère lehan de Lecitanmeure : Maintenant es en la bonne heure, Pourueu & beaucoup mieulx à l’aife, Puis que fais paifible demeure, En ton prieuré de Sermaifc,

(Les Contredicls du Seigneur du Pauillon mix faulfes prophéties de Nojlraddiiuis. — A Paris, chez Charles Langclier, 1560, dernier des feuillets liminaires.) — Ménage, qui cite ces vers dans son Dictionnaire étymo- logique^ au mot entamer ^ fait remarquer avec raison qu’au lieu de lecitanmeure il faut lire Ventammeure, synonyme d’entommeure.

L. 17 : Clerc iufques es dents. Sans doute par allu- sion à la locution : armé jusqu’aux dents. Un passage du cinquième livre (t. m, p. 171) donne de cette ma- nière de parler une explication bouffonne : « ladis vn antique Prophète de la nation Judaïque mangea vu