Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


GARGANTUA, T. I, P. IO4-IO7. 12)

liure, & fut clerc iufques aux dents. » La Fontaine a dit dans Le Rat & VHuitre :

N’eftant point de ces Rats qui les livres rongeans Se font fçavans jufques aux dents.

L. 24 : Chanter ini, nim. La série de syllabes qui commence ici forme les mots impetum inimicorum. dont elle représente le plain-chant. L’antienne Contra im- petum inimicorum « contre le choc des ennemis » se chante en temps de guerre.

L. 27 : Bien chien chanté. Voyez ci-dessus, p. 78-79.

L. 34 : Da mihipotum. « Donnez-moi à boire. »

Page 105, 1. 2 : Le feruice diuin ? Mais : (dijî le moyne) le feruice du vin. Estienne a reproduit ce jeu de mots dans V Apologie pour Hérodote (ir, p. 489) :

. . . Mais pour le feruice diuin Vous faites feruice de vin.

^ L. 19 : Qui ayme^ le vin^ le corps DieUj fy me fuyue^, Edit. ant. à 1535 et 1535 : Qui ayme le vin le cor dieu fy me fuyue.

L. 28 : i^e faijijl du bajlon de la Croix ^ qui ejloyt de cueur de crrmier. Brantôme se rappelle ce passage en plus d’un endroit de ses œuvres : « Bon bois de cor- mier, comme le bafton de la croix de frère Jehan dans Rabelais. ) ; [Œuvres, Grands capitaines : Couronnels fran- çais^ t. VI, p. 45 de l’édit. de la Société de V Histoire de France.) « Le bafton de la croix de frère Jehan des Entommeures dans Rabelais, dont il fe feruoit fi bien, eftoit de cormier qui eft vn bois auffi bien fort & dur. » (Id.j t. VI, p. 242)

Page 106, 1. 29 : Luy donnoit dronos. \ oici encoYQ un passage auquel Brantôme fait allusion : « & leur bail- loient dronos, aufli bien que frère Jehan des Entom- meures, dans Rabelais, le donna à ceux qui vandan- geoient le clos de fa vigne. » (t. vu. Rodomontades… ^

P- 155)

Page 107, 1. 9 : Noflre Dame de Cunault. DeLaurette.