Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/153

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


GARGANTUA, T. I, P. 168-173. ^45

en 1577, applique cette pensée aux espérances que ’ donnait le commencement du règne de Henri m. {Pléiade française^ les œuvres poétiques de Pontus de Tyard, notice-, p. xxiij). Appien ne partageait pas cette opinion de Platon : « Non seulement à Athènes Ariston, avant lui Critias et ceux qui philosophèrent avec Critias et servirent sa tyrannie, mais encore en Italie des pythagoriciens, et hors d’Athènes, en Grèce, plu- sieurs de ceux qu’on appela les sept sages^ ont saisi le pouvoir pour gouverner et tyranniser, plus cruellement que les tyrans ordinaires. » {Histoire romaine, Livre sur la guerre de Mitliridate, chap. xxvil)

Page 170, 1. 12 : Comme Platon li. V. de rep. Voyez collection Didot, t. 11, p. 97, 1. 18.

Page 171,1. 9 : Soixante & deux mille falur. « Les saluts étaient une monnaie d’or qui datait de Charles vi et avait eu cours sous Charles vu, frappée surtout par les rois d’Angleterre, Henri v et Henri vi, se disant rois de France ; le type de ces pièces était la saluta- tion de l’Ange à la sainte Vierge ; il avait déjà été employé sur des monnaies d’argent des princes de la maison d’Anjou, rois de Naples et comtes de Pro- vence ; le salut d’or vaudrait environ 12 francs. » (Car- tier, De la numismatique de Rabelais. Revue numisma- tique j 1847, p. 340)

L. 21 : Cent Soixante mille ducat^, ÇS" dix mille efcui[. « Les ducats dont veut parler l’auteur étaient ceux de Venise ; ils avaient un grand cours dans toute l’Eu- rope ; la France n’a jamais fabriqué de monnaie de ce nom ; les ducats de Venise valent intrinsèquement II fr. 85 c. Les écus d’or valaient un peu moins que les saluts. » (Cartier, p. 341)

Page 172, 1. i : Les nerf^ des latailles font les pe- cunes. a Pecuniïe belli civilis nervi sunt. » (Tacite, His- toires, II, 24)

Page 173, 1. 23 : Six vingt quatorie millions deux efcui & demy d’or. « A calculer l’écu d’or pour 11 francs, les subsides offerts à Grandgousicr par ses allies se IV. 10