Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


[56 COMMENTAIRE.

Par le fainéi vueil de leternel feigneur

De ces trauaulx foient refaiél^ en bon heur :

La verra Ion par certaine f’cience

Le bien J ; fruid qui fort de patience :

Car cil qui plus de peine aura fbuffert

Au parauant, du lot pour lors offert

Plus recepura. que eji n reuerer

Cil qui pourra en fin perfeuerer.

L. 25 : Merlin le prophète. C’est désigner Melin de Sainct-Gelays d’autant plus clairement que, dans la prononciation populaire du xvr siècle, Merlin s’adou- cissait et se prononçait à peu près Mellin.

L. 28 : Defcription du leu de Puulmc. Cette explica- tion générale et toutes les explications particulières qui la suivent sont ainsi imprimées en manchettes dans les Œuvres de Sainct-Gelays :

Le jeu de paume en regard de… ce lieu ou nousfommes.

Les faifeurs de partie — …vne manière d’/iommes : .

Les loueurs — Amys entre culx.

Le changement de lieu — … aller hault.

Les arbitres — Hommes fans foy.

Le naquet — … le plus lourd.

Les fueurs — Soubdaines eaux.

Les raquettes — … leurs nerf\.

L’efteuf —. . la machine ronde.

Les foffes des ieux — En tel endroiét.

Le feu qu’on fait… grand Jlammc.