Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


PANTAGRUEL, T. I, P. 220-222. 163

fur lequel article il eft peu de chrétiens qui ne gau- chiffent. » (Le Duchat). « En Picardie et dans l’Ar- tois, être comme dehitoribus, c’est s’arrêter stupéfait, avoir l’air étonné et niais. Dans le pays messin, l’ex- pression de comme debitorlbiis s’est aussi conservée, et même la tradition la rapporte au passage du Pater. >< (Burgaud des Marets)

L. 33 : Ventrem omnipotentem. « Ventre tout puis- sant. »

Page 221, L i : SuinEl Vanfiin. Au lieu de fj.incl lisez /j//zc ? . — Non-seulement Henri Estieiinea parlé de ce saint, mais il en a mentionné deux autres du même genre : « Vn curé au bourf : de Quercy, parmy fon profnc parlant du Mardi gras, autrement dit Quarefme-pre- nant ou Quarefm’entrant, recommanda à fes paroi- ciens ces trois bons fainfts, S. Panfîard, S. Mangeard & S. Creuard. » {Apologie pour Hérodote, t. m, p. 182) L. 12 : Par le corps. L’édit. de Marnef ajoute ; « et carre a laduenant, car deux radz de front chafcun vue hallebarde au col euflent peu facillement marcher & pafler delTus. »

L. 21 : Les couilles de horrj.uie. — « Les horrifîcques couilles de Lorraine, les quelles à bride aualée def- cendent au fond des chauffes. » (t. 11, p. .<.j). — Vol- taire les appelle : « L’attribut de Lorraine. « [Épitre à Pallu. 1725)

L. 23 : AuJtres croyjfoient par les ïambes… Et les petits grimaulx les appellent en grammaire lambiis. — lam- bus, « ïambe, » terme de métrique, devait souvent être prononcé Jambus P3.V les écoliers, lorsque Vi et le 7 n’é- taient pas distingués dans l’impression.

Page 222, 1. i : Ne reminif caris. Commencement du verset de l’antienne : Ne reminiscaris delicta nostra. « ne vous rappelez pas nos fautes, » qui est tirée de Tobie ni, 3, et se chante avant et après les 7 psaumes péni- tentiaux. Rabelais, qui vient de parler de ceux qui ont un grand nez, entend par ne reminiscaris. « rap- pelez-vous leur nez. »